Archive pour mars, 2013

En attendant le Printemps

Posted in Accessoires, Assortir ses Bijoux, Bagues, Bijoux, Colliers on mars 7, 2013 by Salomé Osorio

Il n’est jamais bon d’en faire trop, trop de maquillage, trop de bijoux ou trop de couleur. La spontanéité, mêlée d’un joli détail, inspire en général les plus jolis compliments. Mais le temps de mi-saison brime l’imagination et nous pousse parfois vers l’oisiveté. Alors comment en faire le moins possible en gardant son chic habituel ? Décliner la même couleur ou bien jouer avec de légers contrastes, il suffit de pas grand chose.

Adele-+-Pi

La robe à enfiler d’un revers de la main est toujours le meilleur choix pour un jour sans inspiration. Et puis il faut que ça aille vite, pour ne pas perdre de vue nos ambitions. La robe est soit courte, soit décolletée, soit cintrée, soit moulante, pas tout en même temps si possible. Comme il fait froid, choisissez une couleur qui réchauffe et une matière bien épaisse.

Une fois maquillée légèrement vous vous rendrez compte que vous êtes déjà toute belle, et qu’il ne manque maintenant qu’un joli détail.

Adele-+-Collier-Calme-2

Adèle dans une robe tricotée, n’a pas oublié que comme elle allait s’enrouler dans une grosse écharpe, il valait mieux exclure les boucles d’oreilles. Par contre un ras du cou ou un long sautoir apportent juste ce qu’il faut de précieux. Les contrastes tons brillants – tons mats attirent forcément les regards mais le jeu est aussi dans les couleurs.

Pour décliner une couleur, le plus simple est de la multiplier en plein de tons différents. Si votre robe est bleu vous choisirez du bleu turquoise, du bleu nuit et du bleu ciel. Si elle est jaune, de l’or, du beige ou de l’orange. L’idée est de faire un dégradé, sans réfléchir vous ne choisirez que des bijoux dans les mêmes tons.

Contraster une couleur nécessite un peu plus d’attention, il ne s’agit pas de trouver son opposé, mais plutôt de la rehausser, de l’accentuer par une autre couleur. On a toutes nos accords favoris et on oublie parfois que d’en changer souvent, c’est se mettre en valeur.

Le marron s’intensifie avec le noir, mais il flatte aussi le turquoise et le rouge, le gris renforce le rose et apaise le bleu, le beige adoucit le jaune et le blanc, et le vert et le orange réveillent tout l’arc-en-ciel.

Les cheveux sont à eux seul un parfait dégradé, pensez à y glisser quelques pierres précieuses.

Adele-+-Pics-cheveux

www.salomeosorio.com

Publicités

Le Verre

Posted in Bagues, Bijoux, Gemmologie on mars 2, 2013 by Salomé Osorio

Le verre est composé de 70 % de Silice (sable). La silice entre en fusion à 2500-3500°C, comme cette température est très élevée, on y ajoute d’autres matières pour la faire baisser : soude, potasse, oxyde de plomb et fondant. Finalement, le verre entre en fusion entre 1000°C et 1400°C. Alors seulement on peut le colorer (ou le décolorer), ou y ajouter de l’oxyde de plomb pour le transformer en cristal.

LE VERRE COMME IMITATION :
Le verre teinté est la toute première matière utilisée en bijouterie/joaillerie pour imiter les pierres précieuses. Même s’il ne partage que très peu des propriétés physiques des cristaux, le verre séduit depuis toujours, parce qu’il est facile à manipuler, à colorer, à souffler, à tailler.
Mais l’éclat des pierres précieuses, la matière des cristaux, est bien ce qu’il y a de plus difficile à imiter. Aussi, au court des siècles, l’homme essaie différentes techniques pour rendre les apparences plus trompeuses, comme le Simili : la culasse de la pierre est recouverte d’une pellicule dorée réfléchissant artificiellement la lumière. Originellement pour imiter le Diamant, la technique sera reprise pas Swarovski, bien qu’il utilise du cristal.
Un autre exemple : le verre Aventurine. Lorsque le verre est en fusion, il est entièrement pénétré de paillettes de cuivre triangulaires, non orientées, donnant un éclat clinquant dans toutes les directions. On cherche ainsi à imiter la pierre Aventurine, qui subit le même processus mais naturellement. Ci-dessous, l’Aventurine Cristal à gauche et le Verre Aventurine à droite.

rVerre Aventurine

CARACTÉRISTIQUES :
Le verre est tout de même facile à reconnaitre, à l’œil et au toucher. Tout d’abord contrairement aux pierres naturelles, le verre n’est pas froid, il est à température ambiante. Le verre est une matière isotrope, qui ne réfléchit pas la lumière (ce qui crée l’éclat d’une matière) : le verre ralentit les rayons.
D’autre part, très fréquemment, on retrouve des bulles (toujours bien rondes, ce qui est impossible dans le cristal) et parfois aussi des traces de fusion donnant une impression sirupeuse dans la couleur.

LE VERRE MANUEL :
C’est peut être avec Lalique et le début du 20 ème siècle que le verre prend son indépendance. On le sculpte en camé, on le moule avec toujours plus de précision. Et maintenant, on le recycle !
Le verre reprend sa couleur naturelle, d’origine : vert bouteille si le sable vient du bassin de la Méditerranée orientale (potassium des zones forestières), fumé s’il vient des galets de rivières dans les autres régions (soude des marais salants). Celui que j’utilise est travaillé à la main, en Afghanistan ; les tons de verts sont superbes : on se croirait en pleine forêt.

  312

Bagues avec perles de verre, montées sur argent massif avec des perles de rivières, péridots ou aigue-marines.

 www.salomeosorio.com