Archive for the Bracelets Category

Bijoux & Débardeur Noir

Posted in Assortir ses Bijoux, Bagues, Bijoux, Bracelets, Colliers with tags on novembre 18, 2013 by Salomé Osorio

Un débardeur noir et jupe serrée : une tenue décontractée à assortir sobrement, pour celles qui aiment oublier qu’elles portent des bijoux.

Bijoux Crochet et Hematite

On laisse tomber les boucles d’oreilles pendantes, mais, si vous avez les oreilles percées, il faudra les habiller un minimum ; des perles baroques feront l’affaire.Ines-Collier-Disques-ZoomS
Inès a joliment assortie la bague « Lune » en maille d’argent et perles avec le collier « Disques » en Hématite. Seule parure qui pourra la suivre toute une journée de travail sans jamais la gêner.

Bracelets Pierres et Crochet
A 18h, elle file à un petit cocktail pro, et en profite pour ajouter un peu de couleur à sa tenue. Elle n’arrive pas à se décider, ce sera un peu de tout.

www.salomeosorio.com

Une Allure Ultra Feminine

Posted in Assortir ses Bijoux, Bagues, Bijoux, Boucles d'oreille, Bracelets, Colliers on octobre 23, 2013 by Salomé Osorio
Ines-Collier-DisquesB

Bijoux Salomé Osorio 2013 – Débardeur Noir.

Inès sait y faire, cheveux blonds et poses ultra féminines, lèvres peintes en rouge et accord de couleurs flashy, de quoi nous inspirer. Du très bijouté au soft glamour, le tout est d’oser tout ce qui nous plait, et se risquer à porter l’inhabituel. Vous serez surprise de réaliser qu’une seule tenue prend un look singulier, chaque fois que vous l’assortissez avec une coiffure spéciale et des bijoux différents. Ensuite, l’art est d’intervertir sourire à pleine dents et moue séduisante.

Ines-ChienA

Bijoux Salomé Osorio 2013 – Veste en Soie Rouge.

Ines-Bracelet-Disques-ZoomS

Bijoux Salomé Osorio 2013 – Veste Noire.

Ines-Bague-BlancheA

Bijoux Salomé Osorio 2013 – Haut Beige.

Quarte Styles, bien distinct, à découvrir en détail, au prochain épisode.

www.salomeosorio.com

TRES BIENTOT !

Posted in Assortir ses Bijoux, Bagues, Bijoux, Boucles d'oreille, Bracelets with tags , , , , on septembre 12, 2013 by Salomé Osorio

 

La rentré Salomé Osorio ce n’est pas avant octobre. Mais pour se mettre dans l’ambiance pourquoi pas un petit aperçu des prochaines collections. Le Chat Blanc, le Tigre, le Serpent et le Dindon débarquent et imposent farouchement d’être suivis de toutes les couleurs de l’arc-en-ciel. La collection d’Entrelacs se déclinait en manchettes et bagues, maintenant les liens crochetés dans le métal s’accrochent aux oreilles, et devront se parer de fleurettes multicolores pour suivre le ton.

www.salomeosorio.com

LES PLUMES

Posted in Bijoux, Boucles d'oreille, Bracelets with tags , , , , , , , , , , , on juillet 24, 2013 by Salomé Osorio

Les plumes, toutes naturelles, sont souvent teintées en couleurs flashy, mais les dégradées des couleurs naturelles sont très attirant aussi. Je les achète en lots mélangés, aussi tout l’art de cette collection et de sélectionner les plus jolies plumes, les accorder ensemble, par taille, couleur ou volume.

Le montage est très simple, la pointe de la plume est enroulée, très serrée, dans du fils plaqué or, créant un petit filletit qui se termine par une boucle. J’accroche ensuite la plume à un apprêt en plaqué or pour oreille percé, aussi disponible, sur simple demande pour oreilles non percées.

D’autres modèles de boucles d’oreilles, bracelets et colliers sont plus sophistiqués : montées sur argent massif ou vermeil (argent massif doré) ces plumes sont mises en valeur par un montage plus riche et des pierres ou perles de culture. A sortir en soirée !

www.salomeosorio.com

Mangouste

Posted in Bijoux, Boucles d'oreille, Bracelets, Colliers on janvier 13, 2011 by Salomé Osorio

Émail et perle. Vermeil.

Ces jolies petites Mangoustes aiment se promener en Afrique, aux Caraïbes et en Europe du Sud. Ces demoiselles aiment aussi les températures délicieuses de l’Asie. Là, elle regarde au loin, peut être qu’elles ont repéré un insecte, un crabe ou même un petit rongeur. Ou alors, elle surveille le moment où les œufs d’un nid voisin sera abandonné pour aller en faucher quelques uns… Tous les moyens sont bons pour s’endormir au soleil le ventre bien tendu.

Émail et hématite.

Moi cette Mangouste je l’aime parce qu’elle semble tout le temps jouer de l’auto dérision par des postures sérieusement décadentes (cf ARTE, doc animalier, et oui je suis fan. . .). Mais sachez aussi qu’elle brille par sa bravoure : En Inde, certaines familles les domestiquent pour qu’elles les protègent des serpents par exemple.

Palmier, citrine et œil de dragon.

D’ailleurs si vous avez une mangouste au bout d’une laisse, je vous conseille vivement de l’assortir avec ce long sautoir ;  à porter tel qu’elle, d’une façon un peu désinvolte sur une robe courte, ou en double sur un joli décolleté.

Perles et cornaline. Jonc en vermeil.

Et si vous sortez la mangouste en boite de nuit il faut forcément l’accompagner des éternelles perles  (oui oui oui je le prédis, la mangouste sera bientôt le must have parisien). Le jonc en vermeil se plie à la taille de votre poignée et les perles en breloque danseront au rythme de vos pas à toutes les deux !

Quand on parle de froid

Posted in Bagues, Bijoux, Boucles d'oreille, Bracelets on décembre 23, 2010 by Salomé Osorio

L’ours blanc donne son nom au continent Arctique, de l’origine grec Arcos (« Ours »). Déjà c’est la classe. En plus l’ours blanc est tout simplement le plus grand carnivore terrestre avec son cousin l’ours brun. Il faut dire au passage, que les noms des constellations de la Grande et Petite Ourse, situées près du pôle nord céleste lui font aussi référence. Ces deux petits oursons sont encore sympathiques et ne vous montreront pas les crocs. Comme Knut, l’ours blanc domestiqué du zoo de Berlin.

Émail, turquoise et perles. Argent.

Certains bateaux avoisinent les bords de la banquise pour poser leurs ancres. Les intérêts politiques russes ont emmené leurs fouilles à 4200 m de profondeurs en 2007, tandis que d’autres bateaux dévoilent aux touristes une région restée sauvage. Entre politique et visite triviale cette région, et ses habitants, est devenue menacée.

A partir de Novembre, la région arctique est plongée dans l’obscurité pour quelques 6 mois (ça fait rêver…) Mais au mois de Mai, la lumière revient progressivement (on dit d’ailleurs : « en Mai, fait ce qu’il te plait », comme quoi c’est international). Je me suis imaginé les rayons qui illuminent et réchauffent la banquise ; l’eau des glaciers libérée par un éclat doré.

De l’Or Partout

Posted in Boucles d'oreille, Bracelets, Pendentifs on novembre 5, 2010 by Salomé Osorio

Cuivre argenté et doré à la feuille et perles. Vermeil.

Ces boucles d’oreille, assez imposantes, sont mes préférées de la nouvelles collection Feuille d’Or. Des lames de cuivre sont découpées et courbées, fixées entre elles par des petites perles blanches. Deux grosses perles de culture permettent à ces grands modèles d’évoluer librement sous l’oreille sans être bloquées par le visage mais sans non plus toucher l’épaule : elles restent en suspension.

A gauche, les boucles d’oreille sont courtes, sans aucune pierre ajoutées ce qui permet de les porter sans restriction de couleur.

A droite, à l’opposée, elles sont très longue, à porter de préférence avec le cou, voir les épaules dégagées. Une grosse perle d’onyx noir facettées apporte de la souplesse à la boucle.

Cuivre doré à la feuille et spinelle brun orangé.

Le cuivre est une matière très résistante mais aussi malléable. Aussi il est tout à fait conseillé d’ouvrir et de refermer ce bracelet aux dimensions de votre poignet.

Ces trois pendentifs sont en cuivre doré à la feuille. J’ai ajouté des perles noires de culture pour répartir une tache de couleur mais aussi pour souder les pliages.

Le Bracelet

Posted in Bijoux, Bracelets on juillet 15, 2010 by Salomé Osorio

Le bracelet est un bijou qui se porte aux bras, poignets ou chevilles. Il est porté depuis au moins la préhistoire sous des formes très simples, tel un  jonc en  matière minérale ou végétale. Il se présentait aussi sous forme d’un lien en tissus ou cuir sur lequel on enfilait des perles de verre ou des pierres percées.

La forme de bracelet manchette est un très ancien modèle qui est beaucoup repris dans les modes antiques et contemporaines.

Ce bracelet est en cuivre doré et argenté à la feuille. J’ai placé un peu au hasard sur toute la pièce des perles d’améthyste facettées qui correspondent à l’intérieur avec une perle de culture légèrement dorée. Le bracelet  ferme avec un lien en cuir violet, qui est réglable.

Cuivre doré et argenté à la feuille, améthyste et perle. Lien en cuir.

Le Bracelet Jonc reprend la forme primitive du bracelet. Mais dès l’antiquité grecque ou égyptienne, on prend le goût des bijoux plus précieux et travaillés. On retrouvera beaucoup la forme d’un jonc en or, ou d’une chaine en or, agrémenté de breloques, en pierre précieuses, en verre. Ces pendeloques reprennent souvent des formes d’amulettes ou des symboles religieux. Si aujourd’hui la dimension protectrice est devenue plus anecdotique, ces types de bracelet sont toujours très à la mode, en joaillerie ou en fantaisie, pour leur valeur esthétique.

Fluorite, perles et vermeil.

Le Bracelet Spiral illustre l’évolution du bracelet traditionnel vers le bracelet contemporain, où tout est permis. Le monopole des métaux précieux a définitivement disparu et des matières plus souples permettent de nouveaux volumes. Ce bracelet spiral est en cuivre argenté et doré à la feuille.

Cuivre argenté et doré à la feuille et perles.

Le Corail

Posted in Bagues, Bijoux, Bracelets, Colliers, Gemmologie on juillet 8, 2010 by Salomé Osorio

Dans la mythologie grecque, l’origine du corail provient de l’histoire de Persée. Après que le héros a triomphé de la Gorgone Méduse en lui tranchant la tête, le sang de celle-ci aurait touché la roche en la pétrifiant et le transformant en corail. Le corail se dit en grec ‘Gorgeia’, reprenant le mythe de la Gorgone, ou bien « Korallion ».

Le corail méditerranéen vit par 40 à 100m de profondeur.

Le corail est un animal primitif, proche de la famille des méduses qui se nourrit (comme les baleines) de plancton. Jusqu’au 18ème siècle, siècle de découvertes scientifiques, le corail était considéré comme un minéral, une pierre et même une fleur. Après des études sur cette espèce complexe, les scientifiques les ont classés parmi les Anthozoaires, étymologiquement « animaux fleur ».

C’est une erreur fréquente que de croire que le corail ne peut se développer que dans les mers chaudes. On sait, en fait, depuis plusieurs siècles que les mers froides (large de la Scandinavie, de la Grande-Bretagne et de la péninsule Ibérique) hébergent des récifs coralliens. On trouve des récifs de coraux partout dans le monde, des régions tropicales à la Mer du Nord et à la Méditerranée. Ils vivent dans les mers chaudes d’Asie ou froides comme la Grande-Bretagne. On en trouve de 0 à 4000 mètres de profondeur.

Il existe plus de 7000 espèces aux formes et couleurs très diversifiées, qui se divisent en deux grandes classes :

  • Les Hexacoralliaires à six tentacules (ou en multiple de six) incluent les anémones de mer et les coraux « vrais »
  • Les Octocoralliaires à huit tentacules (ou multiple de huit) incluent les coraux « mous » et les « faux » coraux. C’est cette catégorie qui nous intéressera, avec plus spécifiquement la variété des Gorgonaires. Cet ordre est composé de coraux aux aspects très variés dont le célèbre corail rouge.

Au fur et à mesure, le corail (qui pousse de plusieurs mm à plusieurs cm par an selon les espèces) créait autour de lui ce que l’on appelle colonies coralliennes. EN effet, si certain sont solitaire, la majorité des coraux se développent dans un écosystème. Les plus anciens récifs coralliens remontent à environ 500 millions d’années avant notre ère. En tant que colonies, leur longévité dépasse de loin celle des tortues géantes des Galapag, vivant plus de 200 ans, ou des palourdes quahog qui peuvent vivre plus de 400 ans.

Les coraux se développent en général dans les zones peu profondes des mers chaudes. Ayant en effet besoin d’oxygène et de lumière pour accomplir leur photosynthèse (Réaction se déroulant chez les plantes dans les chloroplastes où l’énergie solaire est utilisée pour oxyder l’eau et réduire le gaz carbonique afin de synthétiser des substances organiques), ils restent là où pénètrent encore les rayons du soleil. La Grande Barrière de corail d’Australie, les atolls des Maldives ou de Polynésie, les récifs coralliens de la Mer Rouge en sont de bons exemples.

Le corail est constitué d’une conglomération de polypes. Cet élément va extraire le carbonate de calcium de l’eau de mer, et le transformer en calcaire, qui forme en fait le squelette de l’animal. Les éponge et les algues microscopiques interviennent ensuite pour fixer définitivement les matières ensembles. Lorsque ces polypes meurent, le squelette qu’elles ont construit subsiste et sera ensuite recouvert de la nouvelle génération de polypes. C’est pour cela que l’on parle du corail comme une matière fossilisée : La structure première du corail n’est pas vivante à proprement parlé. Les coraux dépendent à 99% de l’apport nutritif des polypes et des algues. Tout ce qui affecte ces micro-algues et leur photosynthèse fragilisera les coraux, en les rendant par exemple plus vulnérables au blanchiment. Ce sont en effet ces algues qui donnent sa couleur au corail (rouge, jaune, vert, bleu, vert, orange…) ainsi si elles migrent vers d’autres régions (cyclone, manque de nourriture, température de l’eau, pollution), le corail perd sa couleur, est plus facilement cassable, et à terme sera détruit par les marées et l’érosion.

Corail « mort » trouvé sur les plages des iles désertes du sud de la Thaïlande.

Le corail, comme tout être vivant a ses prédateurs. Les poissons-perroquets « broutent » les coraux puis recrachent le calcaire sous forme de petits nuages vaporeux. L’Acanthaster, énorme étoile de mer (qui peut mesurer jusqu’à 60cm de diamètre), étend son estomac, comme une pieuvre, et recouvre le moindre relief pour lécher, aspirer, dissoudre le corail et le digérer.

On pense aussi à la désalinisation, aux UV trop forts, et aux maladies. Sans oublier son principal prédateur: l’Homme ! En effet le corail a toujours eu grand succès conduisant à la destruction de cet écosystème. Pourtant dès le moyen âge, on commence à réglementé son exploitation. Depuis la pêche de corail est très réglementé. Par exemple, la Grande Barrière fait aujourd’hui partie du patrimoine naturel de l’humanité.

Le Corail bambou de l’océan Atlantique, par 1000 à 1500 mètres de fond. Vit dans des eaux à 4 degrés, au sein de forts courants.

Le « corail noir » vit également à grande profondeur, comme aux îles Hawaï, vers 450 mètres.

On retrouve d’ailleurs aussi le corail doré, qui évolue aux mêmes profondeurs

Pour l’usage en joaillerie, seuls sont utilisés les coraux des espèces « coralium rubrum » ou « coralium japonicum ». Le plus apprécié a une coloration homogène. Il n’a ni fissure, ni tache, ni zone, ni partie creuse. Il va du rouge au blanc et du bleu au brun et au noir. Ce sont les teintes rouges qui sont le plus désirées ; elles s’étendent du rose le plus pâle au rouge velouté soutenu, en passant par la teinte saumon. Une variante, extrêmement rare, est le bleu. Le corail blanc est extrêmement apprécié quand il a un soupçon de rose ou de bleu. C’est ce qu’on appelle le corail « peau d’ange ».

Plus légers en poids et moins onéreux que le corail de haute qualité, il y a la racine de corail.  C’est cette partie (souvent blanche à l’origine, parfois rose-rouge ou bleue) qui est teinté dans les couleurs les plus variées.

On retrouve aussi le corail mousse ou éponge qui se forme entre les branches et la racine du corail.

Il convient de ne pas mettre le corail en contact avec des produits cosmétiques ou de l’eau trop chaude. Il ne faut pas l’exposer à un soleil trop ardent.

Et juste pour info, les noces de corail symbolise les 11 ans de mariage.

La Turquoise

Posted in Bagues, Bijoux, Boucles d'oreille, Bracelets, Gemmologie on mai 29, 2010 by Salomé Osorio

Turquoise et perles. Argent.

La turquoise a toujours été considérée comme une pierre de vie et de bonne fortune qui avait même des propriétés curatives. Son nom “Turquoise vient d’un mot français qui signifie “pierre de Turquie”.

La turquoise est une pierre opaque qui fait partie de la classe des Feldspaths, comme par exemple le lapis-lazuli ou la labradorite. Elle est composée de fer, de cuivre, d’aluminium, de phosphore, d’hydrogène et d’oxygène. La turquoise a pour particularité d’absorber les minerai qui l’entoure, la teinte bleue vient du cuivre, et l’oxyde de fer réagit en apportant un ton vert ainsi que ces craquelures qui peuvent variées du noir au rouge, et qui tracent comme une toile d’araignée.

Cette pierre ornementale est célèbre depuis toujours pour son bleu ciel. Elle était appréciée en bijoux et parures mais aussi comme talisman. Elles fut plus particulièrement connu en Europe à l’époque des Croisades.

Une vertu prodigieuse lui est attribuée : le changement soudain de couleur lorsqu’on la porte met en garde contre des dangers imminents. La turquoise protège des chutes et en tout temps, les chevaliers la portaient enchâssées dans leur bague pour crosse d’épée. D’après les Aztèques, elle était associée au soleil et pour les Indiens d’Amérique elle était indispensable à la magie des sorciers. La turquoise encourage à la liberté d’action et à la créativité individuelle.

Turquoise et Hématite. Métal doré.