LE DIOPSIDE

Posted in Gemmologie with tags , , on novembre 25, 2014 by Salomé Osorio

Le Diopside est une gemme cristallisée anisotrope : c’est à dire que c’est à dire que en passant à travers la pierre, la lumière est transformée, dérivée ou ralentie, autour d’un seul axe de croissance. Il est de la famille des Pyroxène (roche éruptive).

Le Diopside est parfois confondu avec le péridot, mais se différencie en faite par sa plus faible biréfringence et aussi une couleur plus foncé, un vert plus brun que jaune.

Il existe différentes variétés de diopside dont la plus appréciée en tant que gemme est le diopside chromifère grâce à sa couleur vert émeraude due à une teneur en chrome plus élevée. Il y a aussi le diopside « étoilé » appelé aussi « black star » à cause de sa couleur vert foncé, la violane qui est un diopside violet « originellement italien » ; le diopside « classique » variant d’une couleur incolore à un vert bouteille souvent assez clair et enfin le diopside vanadifère découvert en 1992 en Tanzanie.

Les gisement de Diopside sont dispersé en Inde, à Madagascar, au Brésil, au Myanmar et en Sibérie.

www.salomeosorio.com

 

LE PERIDOT

Posted in Gemmologie with tags on novembre 11, 2014 by Salomé Osorio

Le Péridot est de système orthorhombique de base rectangle, et se développe autour de deux axes. C’est une gemme cristallisée anisotrope, c’est à dire qu’en passant à travers la pierre, la lumière est transformée, dérivée ou ralentie, et cela dans toutes les directions.

L’inclusion caractéristique du Péridot est l’Inclusion en Nénuphars, qui est un amas de petites inclusions noires, entourées de cernes d’éclatement en forme de rosace. On observe dans la pierre une biréfringence élevée, ce qui se manifeste par un dédoublement des arrêtes lorsque l’on regarde la pierre à la loupe.

Le péridot est aussi appelé Émeraudes des Croisés, partis en Croisade, ils découvrent une pierre verte, qu’ils prendront pour des Émeraudes. Pourtant le vert de l’émeraude n’a pas vraiment à voir avec le vert du Péridot : l’émeraude est plutôt vert d’eau, du vert avec du blanc dedans, alors que le péridot a ce vert-jaune très caractéristique.

www.salomeosorio.com

LE SPINELLE

Posted in Gemmologie with tags , on octobre 28, 2014 by Salomé Osorio

Le Spinelle a un système de croissance cubique et plus exactement octaèdre (par troncature dans les angles). C’est une matière Isotrope, c’est à dire qu’il ne modifie pas la nature de la lumière ; la lumière traverse la pierre sans etre deformée mais seulement ralentie et cela dans toutes les directions.

Le spinelle peut être  violet, bleu, jaune, rose, rouge, orange et peu de vert. On retrouve souvent des inclusions de cristaux d’aspect carré ou losange. Ses principaux pays producteurs sont le Sri Lanka, la Birmanie et le Tadjikistan.

Cette pierre fut aussi très largement prise pour le Rubis et Saphir, et c’est certainement cet amalgame qui a porté préjudice au spinelle, si bien que en dehors des gemmologue, cette variété de pierre est peu connue du grand public. Dommage, parce qu’elle a un éclat sobre très particulier.

www.salomeosorio.com

LA TOPAZE

Posted in Gemmologie with tags on octobre 7, 2014 by Salomé Osorio

La Topaze est de système orthorhombique de base rectangle, et se développe autour de deux axes. C’est une gemme cristallisée anisotrope, c’est à dire qu’en passant à travers la pierre, la lumière est transformée, dérivée ou ralentie, et cela dans toutes les directions.

Les inclusions caractéristiques de la Topaze sont les lacunes cristallines : Le cristal s’arrête de croitre pendant quelques années suite à une perturbation (type tremblement de terre), il se crée un vide qui peut soit se remplir avec des fluides, du vide, du gaz ou avec un cristal extérieur. Lorsque que la lacune est remplie d’un liquide fossile fluide, elle inclue parfois aussi des « libelles » (bulle de retrait qui se forme au cours du refroidissement de la solution minérale.)

On trouve le plus souvent des Topaze incolore, bleu, Orange et Jaune. Les variétés naturellement oranges, roses, bicolores, mauves, violettes et rouges sont les plus rares et les plus recherchées.

LA TOPAZE IMPÉRIALE

Les tons de la Topaze Impériale vont du jaune à l’orange, jusqu’au rosé. Les topazes roses sont les plus rares, donc les plus chères. Principalement en provenance du Brésil dans la région d’Ouro Preto. Il y a aussi quelques gisements de Topazes Impériales à Madagascar, au Pakistan et en Russie.

www.salomeosorio.com

LA TOURMALINE

Posted in Gemmologie with tags , , , on septembre 30, 2014 by Salomé Osorio

La Tourmaline est une gemmes cristallisées, anisotrope : c’est à dire que en passant à travers la pierre, la lumière est transformée, dérivée ou ralentie, autour de son axe de croissance. On l’appelle alors « Dichroïque » (variation de deux couleurs selon l’orientation du cristal). La Tourmaline a un système de croissance Rhomboédrique : parallélépipède formé par six losanges égaux.

Les « givres en fouillis » (ensemble de lacunes cristallines non orientées) et les caneaux parallèle à l’axe de cristallisation (cristaux négatif allongés) sont les inclusions caractéristiques de la Tourmaline.

La Tourmaline est dichrome, c’est à dire bicolore. Et aussi dichroïque, qui est la juxtaposition de deux couleurs dans la même direction d’observation, faire tourner la pierre entre le pouce et l’indexs pour observer le changement de couleur,

C’est une pierre rare et donc très cher. Elle existe en bleu, verte, rose, jaune, orange.

LA TOURMALINE MELON D’EAU

Lorsqu’une Tourmaline rose forme le cœur d’une tourmaline verte, profil triangulaire et arrondi.

LA RUBELLITE

La RubelliteLa rubellite est tout simplement une tourmaline unie rose – rouge. Très prisées des joaillers, la rubellite est très proche en couleur de certains Rubis, et fut pendant longtemps confondu, cf les joyaux de la couronne d’Angleterre.

LA TOURMALINE PARAÏBA

Ce bleu Turquoise très doux est la couleur la plus rare et a plus recherchée. Sur le marché des pierres, la Tourmaline Paraïba est presque aussi cher que le diamant.

LA TOURMALINE ET LES AUTRES

La Tourmaline croit dans les mêmes sphères que de nombreux autres gemmes, et se lient particulièrement d’amitié avec le quartz : Lors de leur croissance, les minéraux se mélangent, s’intègrent l’un à l’autre en créant de superbe rareté. Comme le quartz Flèche d’Amour, inclue de tourmaline noire.

www.salomeosorio.com

L’ANDALOUSITE

Posted in Gemmologie with tags , , on septembre 16, 2014 by Salomé Osorio

 

L’Andalousite est parfois confondu avec la Tourmaline, et pourtant se différencie pas son trichroïsme, sa biréfringence plus basse et sa couleur insaisissable. On trouve cette pierre dans les schistes, à Madagascar, au Brésil au Sri Lanka et en Norgève. On la taille le plus souvent en degrès ou en en taille brillant, et d’ailleurs, c’est souvent une gemme de collection.

C’est une pierre Anisotrope, c’est à dire que en passant à travers la pierre, la lumière est transformée, dérivée ou ralentie. L’Andalousite fait partie des trois pierres avec un très fort « Trichroïsme ». Tout comme la Tanzanite et la Cordiérite, l’Andalousite se développe autour de deux axes de croissance, et la lumière ne peut pas entrer dans la pierre sans être instantanément réfléchis par une paroi du cristal. Aussi même à l’œil nu, on peu observer un changement de couleur lorsque l’on tourne la pierre sur elle-même. Le Dichroscope  permet de voir ces changement de couleur parfaitement.

ANDALOUSITE CHIASTOLITE

Andalousite Chiastolite

La chiastolite est une variété d’andalousite maclée qui montre, en coupe, une forme en sablier ou en croix.

 www.salomeosorio.com

LA CORDERITE

Posted in Gemmologie with tags , , on septembre 9, 2014 by Salomé Osorio

 

Trouvé par le Gemmologue Pierre Louis Cordier à la fin du 18ème siècle, la Cordiérite est aussi appelée Iolite. On observe souvent dans cette pierre délicate des inclusions d’hématite ou de goethithes. La Codiérite peut être chatoyante. On trouve cette pierre dans des gisement au Sri Lanka, en Inde, à Madagascar, au Brésil et en Norvège.

C’est une pierre Anisotrope, c’est à dire que en passant à travers la pierre, la lumière est transformée, dérivée ou ralentie. La Cordiérite fait partie des trois pierres avec un très fort « Trichroïsme ». Tout comme l’Andalousite et la Tanzanite,  la Cordiérite se développe autour de deux axes de croissance, et la lumière ne peut pas entrer dans la pierre sans être instantanément réfléchis par une paroi du cristal. Aussi même à l’œil nu, on peu observer un changement de couleur lorsque l’on tourne la pierre sur elle-même. Le Dichroscope  permet de voir ces changement de couleur parfaitement.

www.salomeosorio.com

LA TANZANITE

Posted in Gemmologie with tags , , , on septembre 2, 2014 by Salomé Osorio

La Tanzanite fut découverte en 1805 en Autriche. Cette pierre a tout de suite beaucoup de succès, aux États-Unis, Tiffany les propose en alternative aux saphirs de couleurs.

La Tanzanite n’a aujourd’hui qu’un seul gisement connu, en Tanzanie. C’est une pierre Anisotrope, c’est à dire que en passant à travers la pierre, la lumière est transformée, dérivée ou ralentie. La Tanzanite fait partie des trois pierres avec un très fort « Trichroïsme ». Tout comme l’Andalousite et la Cordiérite, la Tanzanite se développe autour de deux axes de croissance, et la lumière ne peut pas entrer dans la pierre sans être instentanement réfléchis par une paroi du cristal. Aussi même à l’oeil nu, on peu observer un changement de couleur lorsque l’on tourne la pierre sur elle-même. Le Dichroscope  permet de voir ces changement de couleur parfaitement.  Souvent la pierre est chauffée pour accentuer ses couleurs, elle en gardera aussi une tonalité un peu plus jaune.

www.salomeosorio.com

 

LE CHRYSOBÉRYL

Posted in Gemmologie with tags , , on août 19, 2014 by Salomé Osorio

Le Chrysobéryl est une Gemme Cristallisées, anisotrope avec deux axes de croissance, et donc deux axes optiques : lorsque la lumière traverse le cristal, elle est transformée (ralentie, déviée) dans toutes les directions. Le chrysobéryl appartient à un système Orthorhombique, de base rectangle, les arêtes et les angles ne sont plus égaux – relativement visible sur la photo.

Cette pierre délicate présente souvent des traces de croissance, ainsi que des givres formés d’inclusions en forme de gouttelettes.

Pierre prisée au 19ème comme substitut au diamant de couleur, le Chrysobéryl peut être de toutes les couleur. Mais à l’origine, le nom de ce minéral signifie « béryl d’or », et les pierres jaunes et les vertes sont les plus appréciées.

Les plus gros chrysobéryls taillés se trouvent à la Smithsonian Institution de Washington. L’un (114 carats) est jaune-vert et taillé en coussin. L’autre (120 carats), est verdâtre et taillé en ovale. Ces deux spécimens proviennent tous deux du Sri Lanka.

ALEXANDRITE

Du fait de ses deux axes de croissance, cette pierre change de couleur dépendant de la lumière à laquelle elle est exposée : verte à la lumière du jour et rouge sous la lumière incandescente. Quand cette caractéristique se voit à l’œil nu on l’appel le Chrysobéryl Alexandrite.

 ŒIL DE CHAT

alex_banner_leftLe Chrysobéryl Oeil de Chat est une variété opalescente de la gemme : une accumulation d’inclusions d’aiguilles de rutile, orientées parallèlement à l’axe de croissance, créent une chatoyante à l’exposition de la lumière.

C’est une pierre que l’on taille en général en cabochon pour accentuer le glissement de lumière. Au sri lanka on l’utilise pour détourner le mauvais œil.

L’un des plus spectaculaires exemplaires de chrysobéryl est le Hope Chrysoberyl, un œil-de-chat jaune-vert (de couleur « péridot ») de 45 carats, parfaitement limpide, conservé au British Museum de Londres.

www.salomeosorio.com

LA PIERRE DE LUNE

Posted in Gemmologie with tags , on août 5, 2014 by Salomé Osorio

84269334_p

La pierre de Lune appartient à la famille des Feldspath. Elle est de système monoclinique, en forme de prisme oblique à base losangée. C’est une pierre Anisotrope, c’est à dire qu’elle modifie la nature de la lumière qui la traverse.

Un phénomène d’interférence lumineuse sur la structure lamellaire de la pierre est responsable du reflet bleuté caractéristique  » lunaire » qui se déplace à la surface de la pierre. La Pierre de Lune est découverte et décrite en 1801 par Jean-Claude Delamétherie. Elle est sensible aux chocs car elle a un clivage parfait, comme tous les minéraux de l’espèce de l‘orthose. Elle se taille principalement en cabochon.

Une légende indienne prétend que la personne qui la place dans sa bouche, une nuit de pleine lune, sera capable de prédire l’avenir. A tester..