Les Corindons : Les imitations

LE DOUBLET GRENAT – VERRE :

Le Doublet GV, vers 1900-1950. Une lame de grenat est fixée sur du verre puis taillée. La réflexion de la lumière rend ce montage quasiment invisible. D’autant que la lame de grenat se limite à une épaisseur de 0.2 mm que l’on pourrait prendre facilement pour un étage supplémentaire de facettes. Comme il est de coutume de poser la pierre sur une table pour vérifier son origine à l’aide d’outils scientifiques, il est facile de se tromper.

Ici facile à reconnaître, mais le cerne rouge n’apparaît que sous certains angles.

LE DOUBLET CORINDON FIN – CORINDON SYNTHETIQUE :

Ou le « Doublet CF-CS ». Le haut de la pierre ou « Table » est en Corindon naturel ou fin, le reste de la pierre est en corindon Synthétique. Tout comme le doublet GV il n’y a que votre œil qui peut le déterminer.

On remarque bien la différence d’inclusions entre le Naturel et le Synthétique

LES IMITATIONS NATURELLES :

La plupart des « rubis historiques » ne sont en fait que des Spinelles, quelques Quartz rubassés, Grenats Pyropes et Almandins, Rubellites et autres Zircons rouges.

Le Spinelle bleu,  la Corderite, la Tanzanite, la Tourmaline, la Cyanite et la Zircon étaient quant à eux parfois pris pour un Saphir.

En effet, avant la découverte des principes de la chimie et de la physique moderne, seuls l’éclat, la dureté et la couleur des pierres permettaient la classification des pierres.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :