Le Grenat

Les grenats sont connus depuis très longtemps puisque Théophraste (v372 –v287 av. J.-C.) les avait déjà dénommés anthrax (= charbon). Puis, ils furent décrits par Pline l’Ancien, naturaliste du début de notre ère (23-79 après JC) qui dénomma le grenat almandin carbunculus (= charbon ardent), en corrélation avec sa couleur la plus répandue. Le nom « grenat » est quant à lui plus récent puisqu’il date de 1270. Il fut utilisé pour la première fois par le théologien et philosophe allemand Albert le Grand (1193-1280) qui l’aurait ainsi nommé soit à partir du nom latin malum granatum (= pomme à grains = grenade), pour sa couleur, soit à partir de granum (= grain) pour sa forme. A l’état de roche, le grenat pousse dans un système cubique dont les arrêtes sont tronquée (on l’appelle alors rhombododécaèdre), il ressemble alors vraiment à une graine de la Grenade (le fruit).

Grâce à sa brillance, on considérait autrefois les grenats comme des talismans protecteurs, car on croyait que les grenats éclairaient et mettaient ceux qui les portaient, à l’abri de tout maléfice. Pour élucider le mystère de la luminosité il faut faire appelle à la science.  Cette pierre renvoie beaucoup de lumière grâce à sa grande capacité de réfraction, c’est à dire sa capacité à réfléchir la lumière. L’indice de réfraction permet de mesurer la vitesse de la lumière lorsqu’elle passe à travers une pierre. Il y a deux catégories de pierres: les pierres Isotropes et les pierres Antisotropes (que nous verrons une prochaines fois). Les pierres isotropes, dont fait parti le Grenat, ne déforment pas la lumières mais en revanche la ralentissent plus ou moins selon la pierre en question. Ainsi à l’aide d’un réfractomètre, on peut mesurer cet indice qui doit se trouver entre 1,738 et 1,890. Toutes les pierres à système cubiques, comme le Diamant aussi, sont isotropes. C’est une des façons qui permet de reconnaitre une famille de pierre par rapport à une autre.

Une autre technique pour identifier une pierre est de regarder à l’intérieur pour observer les inclusions. On retrouve souvent dans le grenat des inclusions en aiguilles de rutile. Cela ressemble à des mini-rayures qui sont à l’intérieur de la pierre. Mais on trouve aussi les inclusions « classiques » des pierres, comme des givres liquides ou des cristaux négatifs (trou à l’intérieur de la pierre).

Le grenat pyrope a un rouge très profond, qui va du bordeaux au braise. Ce n’est pas la variété de grenat la plus appréciée, aujourd’hui, c’est la plus courante. Le grenat pyrope était par contre en grande faveur au cours des 18ème et 19ème siècle, alors que la joaillerie développait beaucoup les méthodes de sertissage. Cette variété à la particularité de n’exister qu’en petite taille, aussi on lui prefera rapidement le grenat Almandin, qui à la même couleur, mais qui existe en cristaux plus grands. Le grenat pyrope est une pierre qui stimule la pensée positive, qui donne de la volonté et du courage.

Grenat Tsavorite, perles et cuivre argenté. Argent.

Le grenat grossulaire existe en plusieurs couleurs. Il peut être blanc, vert, jaune, rose et orange. Lorsqu’il est vert on l’appel Tsavorite. C’est Tiffany, de New York, qui rebaptisa ainsi cette pierre, découverte en 1967 en Tanzanie orientale par le géologue britannique Campbell R. Bridges. Cette gemme, d’un vert émeraude, fut ainsi nommée, d’après la fameuse réserve nationale de Tsavo-National Park.

Grenat hessonite, opale et perles. Vermeil.

Lorsqu’il est orange, le grenat grossulaire s’appelle héssonite. La pierre centrale de cette bague supporte une multitude de système cubique de grenat, comme des petites gouttelettes de grenat. Cette variété à la réputation d’être la meilleure pour vous aider à arriver à la relaxation parfaite !


La star des grenats verts est le démantoïde, gemme rare, réservée aux connaisseurs et aux amateurs éclairés. Il est doté d’une brillance considérable, supérieure même, à celle du diamant. Fabergé, le plus grand des joailliers à la cour de Russie, appréciait, plus que toute autre, cette pierre au vert étincelant, en provenance de l’Oural. Il aimait l’utiliser dans ses créations. Aujourd’hui, les nouvelles découvertes en Namibie font que l’on voit plus souvent des démantoïdes sur le marché des pierres, Les démantoïdes, en provenance de ce pays, sont de bonne couleur et de bonne brillance. Il leur manque toutefois cette petite marque caractéristique : l’inclusion « queue de cheval ». Il s’agit d’inclusions délicates, un peu broussailleuses, qui sont des inclusions de fibres de byssolite. Le grenat démantoïde chasse les forces négatives du système énergique.


Le grenat spessartite va d’un jaune orangé brillant jusqu’au rouge.  L’appellation « spessartite » vient de l’allemand ; on avait trouvé un gisement de ces pierres dans les montagnes allemandes du Spessart. On trouva cette variété de grenat, d’extrême rareté, au bord de la rivière Kunene à la frontière qui sépare la Namibie de l’Angola. Jusqu’à cette découverte les spessartites n’existaient qu’en tant que raretés, réservées à des collectionneurs. Il était exceptionnel que l’on s’en serve en joaillerie, en raison de leur rareté même. Ainsi naquit le nom de « Grenat Mandarin » et ce grenat, d’une merveilleuse couleur orangée, devint célèbre, dans le monde entier, en un rien de temps.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :