Les Débuts du Bijou Fantaisie 3/3

La bijouterie fantaisie fut baptisée ainsi lors de l’exposition universelle de 1900 à Paris. Elle englobait alors tous bijoux qui ne sont pas de joaillerie ou de bijouterie. Mais très rapidement on peut se rendre compte que ce même nom, il y a en fait deux catégories de bijou : le Bijou Fantaisie-Pacotille et le Bijou Fantaisie-Créatif.

Ce que j’ai appelé le bijou fantaisie pacotille, est un bijou fait de matières non précieuses, fabriqué en grande quantité à des prix négligeables. Cette production de  basse qualité (qui existe toujours aujourd’hui) fera la mauvaise réputation du bijou Fantaisie dans toutes ses expressions.  Pourtant, dès le début du 20ème siècle, en parallèle de cette production, va naître le bijou fantaisie-créatif mais non précieux, un bijou fait de toutes les matières possibles et imaginable où la création est le maître mot.

Selon certains, ce n’est plus la matière qui définie la « catégorisation » du bijou mais le trait, l’idée, la création. Tout comme on voit de nos jours des sculptures en polystyrène prendre la place et les prix d’une sculpture en bronze.

Plutôt que de redonner ses lettres de noblesse au terme « bijou fantaisie », on a préféré inventer de nouveaux termes désignant exactement la même chose, comme le bijou de couture, d’artiste ou plus dernièrement de haute fantaisie. Alors qu’il me semble que ce mot de Fantaisie correspondait totalement à la créativité du 20ème siècle, parce que les bijoux sortent de l’imagination du créateur avec pour unique but : de marquer, de plaire, d’affirmer une personnalité excentrique ou bien un caprice passager.

Revenons d’ailleurs sur ce mot de Fantaisie tellement évocateur de contre sens. En effet le premier sens du mot « fantaisie » renvoie à l’extravagance, à l’initiative imprévue et agréable, mais aussi à une volonté de s’affranchir des règles. Mais c’était surtout l’ancien synonyme de l’imagination, comme le souligne Voltaire. La fantaisie est aussi une volonté passagère, « des goûts extraordinaires qui ne sont pas de durée ». C’est un bonheur spontané et fugace, comme un bijou qui nous séduit, autant par son prix que par son unicité, mais qui ne sera pas pour autant éternel par ce que nous entrons alors dans une société de consommation, et qu’il faut changer souvent de style souvent, au rythme des modes.

Voici dès à présent les deux dénotations de la fantaisie et par extension du bijou fantaisie qui commence à se contredire. En effet cette dernière notion de volonté passagère peut renvoyer d’une part au caractère inconstant de la femme qui se lasse rapidement d’un modèle, comme il peut renvoyer à l’achat d’impulsion qu’est le bijou fantaisie puisqu’il est à des prix qui resteront toujours « raisonnable ».

Le bijou a toujours été un symbole de l’attachement entre celui qui offre et celui qui reçoit et dans le cas d’un achat personnel, le bijou tend à refléter la personne qui le commande ou le choisit. Mais au 20ème siècle, alors que le statut de la femme progresse énormément, le bijou change, s’affranchit des normes.

Émail sur cuivre, corail, cornaline, turquoise, cristal de roche, malachite, améthyste, grenat, kyanite, quartz rose et fumé et perles. Vermeil.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :